Le Paysan Tarnais 21 novembre 2014 à 11h00 | Par A. Renault

4000 personnes à Albi pour «le droit à entreprendre et vivre sur nos territoires»

Le rassemblement citoyen lancé à l’initiative de Tarn Ruralité, avec de nombreux acteurs tarnais, a rassemblé plus de 4000 personnes dans les rues d’Albi, samedi.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Plus de 4000 personnes à Albi pour défendre «le droit à vivre et entreprendre sur nos territoires» (© Le Paysan Tarnais) Plus de 4000 personnes à Albi pour défendre «le droit à vivre et entreprendre sur nos territoires» © Le Paysan Tarnais Plus de 4000 personnes à Albi pour défendre «le droit à vivre et entreprendre sur nos territoires» © Le Paysan Tarnais Plus de 4000 personnes à Albi pour défendre «le droit à vivre et entreprendre sur nos territoires» © Le Paysan Tarnais Plus de 4000 personnes à Albi pour défendre «le droit à vivre et entreprendre sur nos territoires» © TUP 31 Plus de 4000 personnes à Albi pour défendre «le droit à vivre et entreprendre sur nos territoires» © Le Paysan Tarnais Plus de 4000 personnes à Albi pour défendre «le droit à vivre et entreprendre sur nos territoires» © TUP 31 Plus de 4000 personnes à Albi pour défendre «le droit à vivre et entreprendre sur nos territoires» © TUP 31 Plus de 4000 personnes à Albi pour défendre «le droit à vivre et entreprendre sur nos territoires» © Le Paysan Tarnais Plus de 4000 personnes à Albi pour défendre «le droit à vivre et entreprendre sur nos territoires» © TUP 31 Plus de 4000 personnes à Albi pour défendre «le droit à vivre et entreprendre sur nos territoires» © Le Paysan Tarnais

 

Elus avec ou sans écharpes tricolores, agriculteurs, chefs d’entreprise, artisans, chasseurs, pêcheurs, retraités, ou simples citoyens… Le grand rassemblement organisé à Albi à l’appel de l’association Tarn Ruralité, a attiré plus de 4000 personnes, samedi après-midi. Une mobilisation lancée quelques jours plus tôt par neuf organisations, dont la FDSEA et JA du Tarn, l’association Vie Eau Tescou, la Chambre d’agriculture, la Chambre de commerce et d’Industrie, la Chambre des métiers et de l’artisanat, l’association départementale des maires et des élus, la fédération des chasseurs, le syndicat des propriétaires sylviculteurs, signataires d’un texte de l’association Tarn ruralité intitulé « Laissez-nous décider de l’avenir de nos territoires ».

Un défilé citoyen dans le calme

Les participants s’étaient donc donné rendez-vous sur la base de loisirs de Pratgraussals, à Albi. Au fil des minutes, le nombre de participants grossissait et un peu avant 15h, au moment du départ du cortège vers le centre-ville, on comptait plus de 3000 personnes. Puis le départ fut donné, après quelques consignes de sécurité. Défilé dans les rues jusqu’au pont Vieux, où des albigeois s’étaient regroupés pour voir cette image des manifestants, dont le flot s’étendaient sur la totalité du pont et au-delà. Une image immortalisée par les albigeois mais aussi par les manifestants eux-mêmes, à l’aide de leurs appareils photos et téléphones. De nombreux départements étaient représentés : du sud-ouest et de Midi-Pyrénées bien-sûr, mais aussi au-delà : Charente, Cantal, Saône… La preuve que le dossier de Sivens, fait écho à de nombreux citoyens, attachés au respect de la démocratie, partout en France. Après un passage devant la cathédrale, puis le monument aux morts, on retiendra les applaudissements de nombreux albigeois mais aussi, la protestation d’une passante, dont les propos furent rapidement couverts par le mot « Démocratie » scandé par les manifestants.

« Ce qui se passe est inadmissible ! »

Enfin, ce fut l’arrivée devant le Théâtre, sur le Jardin national. Là, en quelques minutes, une grande bâche noire est déployée. On peut y lire le slogan : Laissez-nous décider de l’avenir de nos territoires ». Devant la banderole, les élus sont invités à s’installer pour les discours. C’est Pascale Puybasset, de l’association Vie Eau Tescou, qui commence. Elle apporte un témoignage vibrant. « Sachez que depuis deux ans la vie dans cette vallée a perdu sa sérénité. Depuis plus d'un an, la situation s'est dégradée avec l'arrivée des premières occupations illégales. Depuis plusieurs mois, les choses se sont encore aggravées. Ce qui se passe est inadmissible : une partie de notre vallée est devenue une zone de non-droit qui s'étend au détriment des riverains.».




Envie d'en savoir plus ? Lisez le Paysan Tarnais !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Paysan Tarnais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Paysan Tarnais
La couverture du journal Le Paysan Tarnais n°2478 | juillet 2016

Dernier numéro
N° 2478 | juillet 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui