Le Paysan Tarnais 16 février 2017 à 08h00 | Par S. Lenoble

Capter l'emploi : un enjeu de taille pour la communauté des communes Tarn Agout

Avec l'une des plus fortes croissances démographiques du département, la communauté de communes Tarn Agout doit répondre à des besoins toujours plus grands de la population. Entretien avec le président, Jean-Pierre Bonhomme.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Le Paysan Tarnais

Situé en bordure de la couronne toulousaine, le territoire de la communauté de communes Tarn Agout attire de nombreux habitants. «Entre 1999 et 2009, nous avons enregistré une croissance démographique annuelle moyenne de 2,8%, contre 0,89% pour le Tarn. Il s'agit majoritairement de jeunes ménages, âgés de moins de 45 ans, avec des revenus moyens supérieurs au reste du département» souligne Jean-Pierre Bonhomme, le président de l'intercommunalité. «Sur cette période, la population de la ville de Saint-Sulpice a augmenté de plus de 50% ! A Lavaur, la croissance démographique est moins forte.» Conséquence directe de cette attractivité : une forte pression foncière. Afin de cadrer l'aménagement de l'espace, les élus de la communauté de communes ont décidé d'élaborer un schéma de cohérence territoriale. Approuvé en décembre 2016, celui-ci fixe, pour les 20 ans à venir, en prenant en compte le parc d’activités Les Portes du Tarn, une consommation foncière de 480 ha et une croissance démographique de 13 000 habitants. En parallèle, les communes rurales se dotent petit à petit de plans locaux d'urbanisme. «Même si la croissance démographique est plus lente depuis 2009, ces outils seront précieux non seulement pour maitriser l'inflation des prix de l'immobilier mais aussi pour préserver l'agriculture, qui reste un secteur économique fort sur le secteur.»

Qui dit progression de la population, dit nouveaux besoins. Et pour répondre à ces besoins sans faire peser sur les habitants une fiscalité trop lourde, la communauté de communes Tarn Agout doit arriver à générer d'autres recettes. «Notamment en implantant des entreprises sur notre territoire !» explique Jean-Pierre Bonhomme. «C'est un objectif prioritaire car c'est aussi le moyen de créer un véritable bassin de vie, en conjuguant résidences, emplois et services. Nous ne voulons pas devenir une cité dortoir de l'agglomération toulousaine ! Pour attirer les entreprises, nous créons et aménageons des zones d'activités économiques. Depuis le 1er janvier 2017, nous reprenons la gestion des zones communales déjà existantes. A celles-ci, viennent s’ajouter 3 zones créées par la communauté de communes : «Les Cadaux» à St-Sulpice et «Al cros» à Buzet/Tarn, sur lesquelles les entreprises implantées totalisent plus de 500 emplois, et bien-sûr, «Les Portes du Tarn», portée à 60% par le Département du Tarn et à 40% par l'intercommunalité. Afin d'accompagner la dynamique économique sur notre territoire, deux dispositifs ont également été mis en place : un hôtel d'entreprises à Lavaur et une couveuse à St-Sulpice.»

Priorité donc : une économie dynamique pour créer et faire fonctionner les équipements publics nécessaires aux populations.

S. LENOBLE


Retrouvez l'intégralité de l'article et du dossier territoire Tarn Agout dans l'édition en ligne

Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Paysan Tarnais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Paysan Tarnais
La couverture du journal Le Paysan Tarnais n°2596 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2596 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui