Le Paysan Tarnais 21 septembre 2012 à 14h07 | Par A. Renault

Environnement - Zones vulnérables : le premier avertissement envoyé à l’administration

A l’appel de la FDSEA et JA du Tarn, une centaine d’agriculteurs se sont réunis devant la préfecture et la sous préfecture pour dénoncer l’incohérence du projet de la Dreal d’étendre les zones vulnérables dans le département.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La FDSEA et JA ont installé deux bûchers devant la préfecture à Albi et la sous-préfecture à Castres.
La FDSEA et JA ont installé deux bûchers devant la préfecture à Albi et la sous-préfecture à Castres. - © Le Paysan Tarnais
« La Dreal m’a tuer »… C’est en reprenant cette célèbre inscription de l’affaire Omar Raddad que la FDSEA et Jeunes agriculteurs du Tarn ont voulu marquer les esprits sur l’impact qu’aurait la révision de la zone vulnérable sur le département du Tarn. La condamnation irrationnelle de nombreuses exploitations, asphyxiées par une réglementation qui ne tient pas compte des particularités locales et de la réalité du terrain.

La FDSEA et JA ont donc organisé une action « coup de poing » en signe de premier avertissement, destiné à l’administration : deux bûchers devant la préfecture à Albi et la sous-préfecture à Castres, sur lesquels ont été brûlés des pantins à l’effigie de la Dreal (direction régionale de l’environnement, de l’alimentation et du logement).

Dans le même temps, deux délégations ont été reçues par la sous préfet de Castres et le directeur de cabinet de la préfète du Tarn. Ils ont pu exposer des exemples de cas concrets des effets de l’application de cette extension de la zone vulnérable.

« Les agriculteurs en ont marre d’être montrés du doigt. Si des contraintes règlementaires sont nécessaires, et bien, qu’elles soient appliquées à tous et pas seulement aux paysans » pouvait-on entendre devant le bûcher.


Dernière proposition Dreal de zone vulnérable pour le Tarn
Dernière proposition Dreal de zone vulnérable pour le Tarn - © Dreal

Les arguments des agriculteurs correspondent à une vision de terrain, celle-là même qui manque, selon, eux, dans les méthodes de l’administration :

- la prise en compte des pollutions aux nitrates d’origine non agricole (stations d’épuration, lotissements non reliés au tout à l’égout, rejets d’usine,…),

- le déclassement des zones dont les taux de nitrates sont revenus en-dessous du seuil légal grâce aux efforts mis en œuvre par les agriculteurs,

- un classement en zones vulnérables suivant les limites naturelles hydrogéologiques du terrain et non les limites administratives,

- le maintien de la dérogation concernant les particularités géologiques.

Les agriculteurs ont prévenu : c’est le premier avertissement envoyé à l’administration. S’il ne devait pas être entendu, d’autres actions, plus musclées, seront organisées pour faire comprendre à l’administration les inquiétudes du monde agricole.

 

Envie d'en savoir plus ? Lisez le Paysan Tarnais !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Paysan Tarnais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Paysan Tarnais
La couverture du journal Le Paysan Tarnais n°2482 | août 2016

Dernier numéro
N° 2482 | août 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui