Le Paysan Tarnais 29 décembre 2011 à 12h12 | Par A. Renault

Favoriser les prédateurs pour limiter les populations de campagnols terrestres

Le campagnol terrestre fait partie d'un réseau complexe d'espèces où chacune est dépendante des autres. Faciliter la prédation peut permettre de limiter la pullulation de l’espèce. Retour sur l'expérience d'un éleveur tarnais, Philippe Payrastre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Des piquets, hauts de 2,5 mètres, peuvent être installés pour que les rapaces puissent se poser.
Des piquets, hauts de 2,5 mètres, peuvent être installés pour que les rapaces puissent se poser. - © Le Paysan Tarnais

On distingue deux types de prédateurs dont l'influence sur les dynamiques de population de campagnol terrestre diffère :

- les prédateurs généralistes tels que le renard, la buse ou la fouine. Leur régime alimentaire est varié : ainsi lors d'une diminution des populations de campagnols, ils chassent d'autres proies. Ils présentent une réponse dite "fonctionnelle" et permettent de maintenir les populations de campagnols à des densités moyennes;

- les spécialistes (ex : l'hermine). Ils ont un régime spécialisé et peuvent chasser effectivement leur proie de prédilection jusqu'au plus profond des terriers. Ils sont même capables d'amener leur proie localement à extinction. Mais, du coup, les prédateurs s'éteignent aussi. Les populations de proies et de prédateurs oscillent donc entre des valeurs très hautes et des valeurs très basses.

Philippe Payrastre est éleveur sur la commune du Travet. Il y a 4 ans, la pression des campagnols s’est accentuée sur son exploitation. «Il y en a toujours eu mais depuis quelques années, certaines parcelles sont infestées. Le plus grave, c’est sur les luzernes car une fois que les campagnols ont mangé les pousses, elle ne repart pas.» L’éleveur a donc décidé d’installer des piquets, hauts de 2,5 mètres, pour que les rapaces puissent se poser. «J’ai posé les piquets aux intersections des parcelles et sur les bordures, là où ils ne gènent pas les travaux des champs. Pour une efficacité maximale, le piquet doit se trouver à une vingtaine de mètres de la parcelle infectée car s’il est trop près, le rapace ne peut pas avoir les campagnols dans son champ de vision. Il faut aussi compter un rayon de 50 à 60 mètres autour du piquet.»

Envie d'en savoir plus ? Lisez le Paysan Tarnais !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Paysan Tarnais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Paysan Tarnais
La couverture du journal Le Paysan Tarnais n°2580 | juillet 2018

Dernier numéro
N° 2580 | juillet 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui