Le Paysan Tarnais 16 janvier 2015 à 08h00 | Par A. Renault

FDSEA et JA du Tarn le proclament : les produits de nos éleveurs ont un prix !

FDSEA et JA du Tarn se sont mobilisés la semaine dernière dans plusieurs grandes surfaces tarnaises à Albi, Castres et Gaillac, pour vérifier l’origine des produits laitiers et de la viande, ainsi que les prix.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Discussions entre producteurs et le directeur du magasin au rayon lait du Leclerc des Portes d'Albi
Discussions entre producteurs et le directeur du magasin au rayon lait du Leclerc des Portes d'Albi - © Le Paysan Tarnais

 

La FDSEA et les JA se mobilisent pour dénoncer la politique de pression de prix des GMS françaises qui mettent à mal l’élevage français.

En cette nouvelle année 2015, les éleveurs tarnais ont visité plusieurs grandes surfaces à Albi, Castres et Gaillac pour exprimer leurs revendications : la grande distribution doit privilégier les filières de productions agricoles françaises et comprendre que les prix ne doivent pas être compressés au détriment des éleveurs. C’est l’avenir de l’élevage français qui est en jeu !

A Albi, l’opération a été menée sur la zone des Portes d’Albi. Les producteurs de lait et de viande de la FDSEA et de JA ont été reçus par le directeur du magasin Jean-Philippe Rivière.

Direction, tout d’abord le rayon des produits laitiers. Les producteurs scrutent les étiquettes et devant les packs de lait, au milieu des clients interrogatifs, le dialogue s’engage. Serge Dalmières, producteur laitier, répond aux questions de nos confrères de France 3 et s’interroge : « Je suis venu me rendre compte des prix du lait à l’achat dans le rayon. Aujourd’hui, il tourne environ à 1 euro le litre alors que nous, producteurs, on nous le paye 30 centimes. On se demande où passe la différence. »

Ludovic Marlot, secrétaire général de la FDSEA et producteur de lait, explique les raisons de l’opération. « On est juste avant la renégociation des contrats avec les industriels et les coopératives. On est aussi là pour leur dire « ne pressez pas trop le citron car derrière il y a les producteurs et des familles qui veulent vivre. »

Les échanges avec le directeur de la grande surface sont nombreux. Et si celui-ci répond de manière franche aux producteurs, ils ne sont toutefois pas tous satisfaits des arguments avancés. « On peut difficilement comprendre pourquoi il y a un écart de prix aussi important entre le prix payé aux producteurs et celui payé par le consommateur. Aujourd’hui on vient voir les grandes surfaces et on sait aussi que les industriels ont leur responsabilité. Mais tout cela pose question » explique un jeune agriculteur.




Envie d'en savoir plus ? Lisez le Paysan Tarnais !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Paysan Tarnais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Paysan Tarnais
La couverture du journal Le Paysan Tarnais n°2582 | août 2018

Dernier numéro
N° 2582 | août 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS