Le Paysan Tarnais 22 novembre 2012 à 18h48 | Par A. Renault

Installation - Candidat et cédant, main dans la main pour réussir la transmission de l'exploitation

Le Paysan Tarnais a consacré son dossier du 22 novembre à la transmission des exploitations. Témoignage de Mylène Triaire, qui a repris l'exploitation bovin viande de Jean-Claude Pinel, à Cuq-Toulza.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Mylène Triaire a repris l'exploitation bovin viande de Jean-Claude Pinel, à Cuq-Toulza.
Mylène Triaire a repris l'exploitation bovin viande de Jean-Claude Pinel, à Cuq-Toulza. - © Le Paysan Tarnais


Dans la transmission, il n’y a pas un regard vers l’avenir et l’autre vers le passé. L’histoire de Mylène triaire et de Jean-Claude Pinel en est un bel exemple. L’éleveur était installé sur la commune de Cuq-Toulza en bovin viande, avec un activité de vente directe. « Lorsque j’ai repris l’exploitation de mon père, j’avais 40 hectares et un petit troupeau. Au fil du temps, j’ai modernisé l’exploitation, je suis passé à 65 hectares, j’ai agrandi le troupeau et surtout j’ai développé la vente directe, qui n’existait pas sur l’exploitation. Et puis le temps de la retraite est arrivé. » Jean-Claude Pinel parle au passé, c’est vrai, mais il n’est pas nostalgique. « Bien sûr, ce n’est pas simple de laisser les rênes à quelqu’un, de laisser une exploitation qu’on a fait évoluer. Je me posais des questions sur le devenir de cet outil de travail » concède l’éleveur à la retraite. « Mais je le vis bien. »

Et puis, un jour, Mylène s’est présentée. «Je pensais m’installer sur la petite structure de mes grands-parents, j’avais déjà en tête l’idée d’une commercialisation courte, voire d’une valorisation touristique du site. Je voulais donc me pencher sur cette relation à la clientèle.» Finalement, l’opportunité de reprendre l’exploitation de Jean-Claude Pinel s’est présentée. « C’est proche de chez moi. Nous nous connaissions déjà. » La bonne entente avec le cédant a fait que les choses sont allées très vite. Elle pensait élever des brebis, finalement, ce sont des vaches limousines !

« Il a l’expérience que je n’ai pas »

La jeune agricultrice a repris la clientèle de Jean-Claude Pinel et commence à nouer de nouveaux contacts. « Je travaille entre Castres et Montrabe avec des livraisons de colis. Les consommateurs sont contents de mon travail. Ils ne se sont pas plaints du changement d’éleveur,» plaisante-t-elle. Mylène Triaire a gardé le contact avec son prédécesseur. « Il y a bien sûr la proximité mais je ne veux pas abuser du fait qu’il habite sur l’exploitation. Nous échangeons souvent des conseils. Il a l’expérience que je n’ai pas. Si ça a marché pour lui, il n’y a pas de raisons. Il me reste maintenant à mener mes projets à terme : agrandir le troupeau et développer encore la vente directe. »



Envie d'en savoir plus ? Lisez le Paysan Tarnais !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Paysan Tarnais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Paysan Tarnais
La couverture du journal Le Paysan Tarnais n°2580 | juillet 2018

Dernier numéro
N° 2580 | juillet 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS