Le Paysan Tarnais 22 février 2018 à 18h00 | Par A. Renault

La communication vers le grand public, un axe majeur de travail pour les JA

Les JA du canton de Pampelonne recevait la semaine dernière l’assemblée générale de JA du Tarn à la salle des fêtes de Tanus. Au centre des débats, la communication.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le nouveau conseil d'administration.
Le nouveau conseil d'administration. - © Le Paysan Tarnais

Les Jeunes Agriculteurs se donnent rendez-vous pour leur assemblée générale, dans un canton différent chaque année. La semaine dernière, c’est à Tanus que les JA du Tarn se retrouvaient. Le syndicat avait choisi de traiter, dans son rapport d’orientation, d’un sujet qui les tient particulièrement à cœur. Celui de la communication vers le grand public.

«Nous sommes tous d’accord pour dire que nous sommes fiers de notre métier et de notre activité, cependant, nous estimons ne plus avoir de reconnaissance sociale et de valeur aux yeux d’autrui» expliquent les JA dans leur rapport d’orientation. Pourtant, le constat est clair : plus de 80% de la population française aime les agriculteurs (selon une étude organisée en 2017). Ils occupent même le trio de tête des professions préférées des français, derrière les pompiers ou les services de santé. Preuve que les citoyens ont bien conscience, au même titre que les soldats du feu, de l’importance pour notre pays, d’avoir des agriculteurs forts.

Des perceptions différentes

Mais entre le monde agricole et le grand public, c’est un peu «je t’aime, moi non plus» comme l’a rappelé Alexandre Renault, du Paysan Tarnais, invité à la table ronde de l’après-midi. «On voit bien que selon les actions que vous menez, la perception du public est différente. Vous pouvez attirer la sympathie comme susciter la colère des citoyens.» Et lorsque le consommateur se retrouve seul dans les rayons des magasins, il a tendance à oublier les agriculteurs. «Ce n’est plus le consommateur averti qui parle, celui qui connait nos problèmes. Dans le magasin, c’est le porte-monnaie qui parle. Il préfèrera acheter au meilleur prix, même si le produit qu’il achète n’est pas français ou ne favorise pas l’agriculteur». Les mentalités changent, mais il y a en effet sur ce point beaucoup de travail. Ce qui pousse Christophe Rieunau, le président de JA du Tarn à dire «nous devons imaginer des stratégies de communication à long terme, en fonction des cibles définies». Pour Jean-Marc Beche, chargé de mission pour l’information sur le métier d’éleveur à la CNE, également invité de la table ronde, l’important est de trouver les mots justes pour parler au grand public «éviter les sigles, parler plutôt de «ferme» que d’exploitation» et utiliser la première personne du singulier, «je», a-t-il conseillé aux JA, pour parler de votre quotidien.»

Une relation complexe

Malgré une bonne côte de popularité, les Français connaissent mal l’agriculture. C’est le résultat d’une mise à distance progressive par l’urbanisation, la grande distribution, la transformation. Les grandes marques sacralisent l’agriculteur dans les publicités et en donne une image qui ne reflète pas la réalité.

Les agriculteurs se sentent également accusés ou caricaturés par les médias : scandale alimentaire, pratique d’élevage, bien être animal, glyphosate… Autant de sujets qui peuvent être «montés» contre le monde agricole par les médias. Et les mobilisations contre la réforme des zones défavorisées de ces dernières semaines a été prise en exemple. «Nous avons eu peu de reprise médiatique. On a préféré parler de la neige que des blocages et du combat des agriculteurs pour leur survie» constate un JA dans la salle. «Les journalistes fonctionnent de plus en plus de cette manière», rapportait Alexandre Renault. «Surtout dans les rédactions parisiennes, éloignées du terrain. On préfère parler de la neige qui paralyse la capitale et qui tombe sur plusieurs régions françaises que de vos manifestations, car elles sont plus «proches» des téléspectateurs. Sur ce point, votre relation avec les médias doit se travailler à long terme et vous devez comprendre que beaucoup de journalistes ne connaissent pas assez les sujets agricoles pour comprendre les conséquences de la révision de la zone défavorisée pour les agriculteurs impactées. Il est important de vulgariser au maximum et de proposer des visites de terrain pour les journalistes, leur proposer des rencontres avec des agriculteurs.»


Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'édition en ligne

Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

Le nouveau conseil d’administration de JA du Tarn

  • Président : Christophe Rieunau (Canton de Pampelonne Monesties Carmaux)
  • Secrétaire général : Sylvain Laganthe (Canton de Rabastens)
  • Secrétaire général : François Verdier (Canton de Pampelonne Monesties Carmaux)
  • Secrétaire général adjoint : Lionel Aussenac (Canton d’Autan)
  • Secrétaire général adjoint : Gilles Viala (Canton de Cadalen Graulhet)
  • Trésorier : Benoit Arnaud (Canton de Gaillac Castelnau)
  • Vice-président : Alexandre Boulous (Canton de Gaillac Castelnau)
  • Vice-président : Jean-Philippe Granier (Canton de Pampelonne Monesties Carmaux)
  • Membres : Grégory Galzin (Canton de Lautrec St Paul Vielmur), Roland Le Grand (Canton de Rabastens), Christophe Saulieres (Canton de l’Autan).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Paysan Tarnais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Paysan Tarnais
La couverture du journal Le Paysan Tarnais n°2587 | septembre 2018

Dernier numéro
N° 2587 | septembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui