Le Paysan Tarnais 09 juin 2009 à 16h17 | Par A. Renault

Le GFA de Pierpont installe une chaudière biomasse pour faire des économies

Le GFA de Pierpont à Castelnau de Montmiral vient d'installer une chaudière "plaquettes bois" pour diminuer ses coûts de chauffage des bâtiments de démarrage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La cellule permet de stocker 90 m3 de plaquettes de bois.
La cellule permet de stocker 90 m3 de plaquettes de bois. - © Le Paysan Tarnais

Le GFA de Pierpont, spécialisé dans le démarrage de volailles à Castelnau de Montmiral, a décidé de réagir face à la flambée du prix des énergies fossiles. L'entreprise est en effet dépendante du prix du gaz propane, qui permet de chauffer les bâtiments de démarrage. Un chauffage dont ne peuvent pas se passer les poulets, dindons, pintades, canetons... Deux sites distants d'une centaine de mètres profitent depuis fin août d'un mode de chauffage bien plus économique que le gaz : les plaquettes de bois. Le choix du GFA de Pierpont s'est rapidement orienté vers une chaudière à biomasse et ceci tout en bénéficiant des filières locales d'approvisionnement. La chaudière est d'ores et déjà en fonctionnement. A terme, sa puissance de 300 kW alimentera les besoins des 4800 m2 de bâtiment répartis sur deux sites qui fonctionnent en productions alternées. "Les volailles ont besoin des rayonnements du système propane au départ. Le système d'air chaud pulsé produit par la chaudière à biomasse viendra en complément, puis une fois cette période sensible passée, prendra le relais en totalité " explique Nicolas Bonnafous, le responsable du suivi technique et le commercial de l'entreprise.

Le système
L'approvisionnement de la chaudière à chargement automatique en bois déchiqueté se fait grâce à une cellule de 90m3. L'eau chauffée est distribuée dans les bâtiments à une température de 85 °C. Le circuit alimente des générateurs d'air chaud (aérotherme) de 33 et 55kW (un par salle chauffée). L'eau retourne vers la chaudière à une température de 75 °C, soit une perte assez faible qui permet de réaliser des économies.
Grâce à ce système, le GFA de Pierpont espère diviser par trois sa facture énergétique. " Nous avons calculé un retour sur investissement entre 10 et 12 ans. Nous économisons sur les matières premières, grâce aux filières forestières locales et nous limitons également les coûts de transport" ajoute Nicolas Bonnafous
D'autres projets sont à l'étude pour diminuer encore la consommation d'énergie de l'entreprise.
Demain le GFA De Pierpont souhaite pouvoir concilier sa production avicole avec les nouvelles technologies respectueuses de l'environnement.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Paysan Tarnais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Paysan Tarnais
La couverture du journal Le Paysan Tarnais n°2600 | décembre 2018

Dernier numéro
N° 2600 | décembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui