Le Paysan Tarnais 28 juin 2018 à 08h00 | Par A. Renault

Le laboratoire Pierre Fabre développe la culture de l’hélichryse bio

L’aromathérapie fait partie des nouvelles diversifications des laboratoires Fabre. Dans le Tarn, l’entreprise contractualise avec des agriculteurs pour la production d’hélichryse. Explications.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 (© Le Paysan Tarnais) La plante avant la récolte. © Le Paysan Tarnais Récolte de l’hélichryse, la semaine dernière dans le Tarn. © Le Paysan Tarnais Une fois récoltée, c’est cette partie de la plante qui permet l’extraction de l’huile essentielle. © Le Paysan Tarnais

L’entreprise Pierre Fabre dispose de 200 hectares de surfaces bio dans notre département. «Nous valorisons du foncier créé en 2011, explique Alexandre Panel, de Pierre Fabre Agronomie. La principale production reste l’avoine ou la gamme Aderma sur 150 hectares. L’objectif est de sécuriser les besoins industriels de l’entreprise.» Les 50 hectares restants sont occupés par des cultures de plantes aromatiques et médicinales.

Une nouvelle diversification est née en 2014 : celle de la culture et de la transformation de l’hélichryse en huile essentielle. «Nous avons implanté 7 hectares. Tout est partie d’une rupture de stock de la marque Naturactiv pour l’huile essentielle d’hélichryse italienne. Cette huile est très demandée et l’effet de mode de l’aromathérapie nous a incité à nous pencher sur le sujet.» Toute la question est de pouvoir trouver le process industriel qui permette de faciliter la culture et la transformation de la plante. Les laboratoires Fabre travaillent avec l’entreprise Sirius, à Cambounet-sur le-Sor, pour la transformation de l’hélichryse en huile essentielle bio.

«En 2013, nous avons travaillé sur un itinéraire technique. En 2014, nous avons choisi une variété et nous l’avons implantée. Il fallait trouver une implantation adaptée à la plante et au climat de notre région. L’hélichryse est donc implantée sur bâche. Il a également fallu investir dans du matériel adapté.» La première récolte en 2015 a été faible en terme de biomasse (qui permet da fabrication de l’huile essentielle). Mais la qualité de l’huile était bonne. Les rendements ont augmenté en 2016-2017 avec 28 kilos d’huile essentielle. «Cela reste inférieur aux besoins de notre marque et nous avons décidé de doubler la surface en 2018 pour passer à 12 hectares.» Les laboratoires ont souhaité contractualiser avec des agriculteurs dans le Tarn avec l’accompagnement de la Chambre d’agriculture. «C’est un engagement sur 15 ans dans le département exclusivement. Nous achetons l’huile essentielle. Nous imposons simplement la variété implantée et l’itinéraire technique reste, lui, ouvert.» L’hélichryse est une plante rustique mais qui demande des sols drainants pour éviter les stagnations d’eau. Le potentiel final pourrait être d’une vingtaine d’hectares. «Nous restons sur des surfaces évolutives pour répondre aux besoins en fonctio de la demande».

A. Renault

 

Retrouvez l'intégralité du dossier consacré aux filières végétales bio dans l'édition en ligne

Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Paysan Tarnais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Paysan Tarnais
La couverture du journal Le Paysan Tarnais n°2580 | juillet 2018

Dernier numéro
N° 2580 | juillet 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui