Le Paysan Tarnais 26 juin 2015 à 08h00 | Par A. Renault

Le préfet en visite sur deux exploitations agricoles du département

A l'invitation de la chambre d'agriculture du Tarn et en lien avec la FDSEA et JA du Tarn, le préfet a visité deux exploitations, à Montans et Labessière-Candeil. L'occasion d'aborder les sujets d'actualité en matière agricole et faire remonter les inquiétudes de la profession.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Au pied du pivot, les associés du Gaec de Vindrac ont présenté au préfet, les aspects techniques de l'irrigation, mais aussi son importance en terme économique. (© Le Paysan Tarnais) 18 juin, visite du préfet dans 2 exploitations tarnaises © Le Paysan Tarnais 18 juin, visite du préfet dans 2 exploitations tarnaises © Le Paysan Tarnais 18 juin, visite du préfet dans 2 exploitations tarnaises © Le Paysan Tarnais 18 juin, visite du préfet dans 2 exploitations tarnaises © Le Paysan Tarnais 18 juin, visite du préfet dans 2 exploitations tarnaises © Le Paysan Tarnais 18 juin, visite du préfet dans 2 exploitations tarnaises © Le Paysan Tarnais 18 juin, visite du préfet dans 2 exploitations tarnaises © Le Paysan Tarnais 18 juin, visite du préfet dans 2 exploitations tarnaises © Le Paysan Tarnais 18 juin, visite du préfet dans 2 exploitations tarnaises © Le Paysan Tarnais 18 juin, visite du préfet dans 2 exploitations tarnaises © Le Paysan Tarnais

 

C'était la première fois que le préfet du Tarn, Thierry Gentilhomme, se rendait sur des exploitations agricoles à l'invitation de la chambre d'agriculture du Tarn. En effet, l'occasion ne s'était pas présentée, depuis la prise de fonction du représentant de l'Etat dans le Tarn, début septembre 2014. La visite s'est donc déroulée le 18 juin après-midi, en deux temps. D'abord au Gaec de Vindrac, à Montans, puis à l'Earl du Carbonnié, à Labessière-Candeil.

C'est tout d'abord les associés du Gaec de Vindrac qui ont accuelli le préfet. Le Gaec est composé de deux couples d'amis, la famille Marre et la famille Albouy qui se sont associés sur cette exploitation en polyculture élevage composée de trois ateliers :

- une production laitière de 500 000 litres avec une livraison industrielle au groupe Sodiaal et un atelier à la ferme de transformation fromagère ;

- des surfaces en production végétale destinées à l'alimentation du troupeau et pour de la vente de céréales ;

- une production viticole dont la livraison du raisin est destinée au groupe coopératif Vinovalie.

« La ferme de Vindrac est un exemple d'entreprise qui apporte un dynamisme à son territoire, et pour aider ces entreprises à avancer, il est d'important aussi de protéger leur outil de production et en particulier l'accès à l'eau ; l'irrigation est un moyen indispensable au bon fonctionnement de cette entreprise et au maintien du système de polyculture élevage » résumait Jean-Claude Huc, le président de la chambre d'agriculture du Tarn. D'ailleurs, le préfet s'est déplacé sur une parcelle de maïs irrigué. Au pied du pivot, les associés ont présenté au préfet, les aspects techniques de l'irrigation, mais aussi son importance en terme économique.

 

Le ton se durcit

Après Montans, direction Labessière-Candeil, sur l'exploitation de Frédéric Florenchie. Si, à Montans, les discussions avaient eu lieu calmement, à Labessière-Candeil, le ton était plus dur. On pouvait mesurer, au fur et à mesure que Frédéric Florenchie exposait sa situation, l'exaspération des agriculteurs, face à des décisions administratives éloignées de la réalité et dénuée de bon sens. Frédéric Florenchie est installée depuis 1990 sur l'exploitation familiale en polyculture élevage avec un atelier volailles (canards à gaver) et un atelier grandes cultures. Après avoir présenté son exploitation, il est immédiatement entré dans le vif du sujet. « Mon exploitation est classée en zone vulnérable depuis le 1er janvier 2013 au titre de la Directive Nitrates. J'ai un délai pour la réalisation des travaux de mise aux normes mais cette mise aux normes est lourde de conséquences en termes d'investissements. Pour moi, cela représente 50 000 EUR d'investissements improductifs pour créer une aire de stockage couverte pour stocker le fumier de volailles ainsi qu'un dispositif de stockage des eaux de lavage du bâtiment. »



Envie d'en savoir plus ? Lisez le Paysan Tarnais !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Paysan Tarnais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Paysan Tarnais
La couverture du journal Le Paysan Tarnais n°2486 | septembre 2016

Dernier numéro
N° 2486 | septembre 2016

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS