Le Paysan Tarnais 20 septembre 2018 à 08h00 | Par D. Monnery

Massals : 80 vautours sèment la mort dans les troupeaux

Trois attaques mortelles sur des bovins ont été constatées du 2 au 6 septembre chez trois éleveurs du secteur, très affectés. La solidarité s’organise pour dénoncer cette prédation intolérable.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © J-L. Fabre


Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'édition en ligne

Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

- © Le Paysan Tarnais

Pour Stéphane Lamberto, président de la section dégâts de gibier,

Laissons les troupeaux se reposer en paix !

Si l’on prend la définition du Larousse, une interaction : La réaction réciproque de deux phénomènes l'un sur l'autre. Comment donc, les défenseurs des oiseaux peuvent-ils considérer les attaques qui ont eu lieu sur le plateau de Massals, comme des «interactions» ? En effet, à quel moment les deux veaux et la génisse, tués par les charognards, ont-ils eu le temps «d’interagir» avec leurs bourreaux ?
Les vautours sont des animaux nécrophages, ils n’ont donc pas vocation à s’attaquer à des individus encore en vie. Cette série d’attaques n’est pas anodine. Elle est la cristallisation d’un problème réel : les populations de vautours, non gérées, explosent. Les individus, en surnombre, se voient contraints de modifier leur comportement, en s’en prenant à des individus endormis ou faibles. En quoi protégeons-nous l’espèce, si l’on en modifie le fonctionnement le plus primaire ?
Les éleveurs protègent leurs troupeaux, mais comment anticiper la mise à mort d’un individu sain, par un oiseau censé ne se nourrir que de carcasses ? Nous ne sommes pas contre la présence de la faune naturelle sur notre territoire, à condition qu’elle reste naturelle justement. Si les défenseurs des oiseaux souhaitent une explosion de la population de vautours, il est indispensable qu’ils leur donnent accès à suffisamment de nourriture pour ne pas les transformer en prédateurs. Les éleveurs n’ont pas à payer inlassablement les pots cassés de politiques de réintroduction et de protection mal gérées.

Propos recueillis par David Monnery

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Paysan Tarnais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Paysan Tarnais
La couverture du journal Le Paysan Tarnais n°2600 | décembre 2018

Dernier numéro
N° 2600 | décembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui