Le Paysan Tarnais 07 septembre 2017 à 08h00 | Par D. Monnery

Pommes : la récolte n’est pas aussi juteuse pour tous les producteurs tarnais

La récolte des pommes bat son plein jusqu’aux alentours du 10 novembre. Mais après le gel du printemps, tous les producteurs n’ont pas la chance de cueillir des volumes satisfaisants.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 (© Le Paysan Tarnais) Thierry Garrigues devant la plantation de pommiers. © Le Paysan Tarnais  © Le Paysan Tarnais  © Le Paysan Tarnais  © Le Paysan Tarnais  © Le Paysan Tarnais

Du très bien au très mauvais. La récolte 2017 des pommes s’annonce très hétérogène d’un producteur à l’autre du département. En cause : l’épisode de gel du printemps. «Des vergers subissent jusqu’à 80 % de pertes», constate Thierry Garrigues, à la tête des Vergers du Bosquet de Senouillac. Dès le printemps, une mission d’enquête avait été ouverte en vue du déclenchement d’une procédure de calamité. Il faudra attendre la fin de la récolte pour connaître le volume exact des pertes.

Aux vergers du Bosquet, le gel a eu raison de tout le raisin Gamay destiné aux cuves de Vinovalie. Bizarrement, toutes les autres cultures voisines ont été épargnées par les frimas. Et l’année s’annonce bonne. «Nous sommes satisfaits du volume», commen-te Thierry Garrigues qui assure 80 % de son chiffre d’affaires avec les 700 tonnes de pommes récoltées chaque année en moyenne. Cette bonne année serait même à mettre sur le compte du… gel, qui lui avait fait perdre un cinquième de ses fruits il y a cinq ans. «On bénéficie d’un phénomène d’alternance qui fait qu’une belle année succède à une production plus faible», indique l’arboriculteur. Ces volumes conséquents lui permettent donc d’avoir un regard optimiste sur la campagne débutée avec quel-ques jours d’avance, autour du 15 août. «Il manque 28 % de pommes en Europe et 8 % en France, analyse Thierry Garrigues. Conséquence, les prix sont tirés vers le haut.» Cela ne suffira sans doute pas à sauver l’année de ceux qui ont trop perdu en quantité.

Le bio de plus en plus présent

Aujourd’hui, 3,5 ha sur les 25 ha que comptent les Vergers du Bosquet sont cultivés en bio. Et c’est sur ce créneau que l’exploitation souhaite se développer dans un futur très proche, notamment avec des nouveaux plants de Story, une pomme annoncée très résistante et aux grandes capacités de conservation. «D’ici la fin de l’année nous auront atteint les 5,5 ha en bio et nous allons encore y ajouter 1,5 ha l’an prochain», annonce Thierry Garrigues.

De plus en plus prisées par les clients, les pommes bio sont aussi plus difficiles à amener aux critères de consommation. Quand 2 à 3% des Gala cultivées en conventionnel sont écartées du marché pour des problèmes d’aspect ou de calibre, ce chiffre est cinq fois plus élevé pour les pommes bio. Les Vergers du Bosquet arrivent néanmoins à bien valoriser ces fruits écartés à travers toute la gamme de jus qu’ils ont développé ces dernières an-nées et qui se décline également en bio. Près de 40 000 litres de jus sont ainsi pressés chaque année.

D. Monnery

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'édition en ligne

Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Paysan Tarnais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Paysan Tarnais
La couverture du journal Le Paysan Tarnais n°2546 | novembre 2017

Dernier numéro
N° 2546 | novembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui