Le Paysan Tarnais 06 février 2014 à 10h00 | Par CA81

SEMENCES - Maïs semence 2013 : un démarrage difficile,mais une arrivée à temps

Le syndicat des producteurs de semences de maïs du Tarn propose un bilan de campagne 2013. Des témoignages suivront dans les prochaines éditions du Paysan Tarnais.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © CA 81

Janvier 2014, il reste encore quelques maïs grain à récolter. Cela dénote une campagne 2013 avec des semis effectués plus tard que d’habitude. En effet, les pluies importantes de l’hiver et du printemps, en moyenne plus de 100 mm par mois de décembre 2012 à mai 2013 ont eu 2 conséquences préjudiciables pour les semis de semences de maïs:

- Des conditions de sols très humides qui allaient pénaliser les levées et les enracinements des jeunes plantes,

- Des retard importants dans les semis (plus de la moitié au mois de juin), ce qui réduisait le potentiel des cultures.

De plus, la pression de mise en place d’un programme de production record, 2200 ha dans le Tarn, et 80000 ha au niveau national, mettait une couche supplémentaire à l’enjeu de la réussite des semis. Malgré les orages de printemps et parfois des conditions dantesques, 98% des surfaces ont pu être semées, mais le resemis a concerné 50ha, ce qui n’était jamais arrivé. De ce fait il y a eu de nombreuses expertises de l’assurance pour évaluer les conséquences de ce printemps très arrosé.

Mais les producteurs ne se sont pas découragés et ont essayé de sauver chaque situation :

Ils se sont entraidés, ils ont biné, écroûté, ils ont apporté les fertilisants et les oligo-éléments pour développer leur maïs semence, ils ont protégé la culture contre les mauvaises herbes, les maladies et les insectes, et enfin ils ont adapté la conduite de l’irrigation en limitant les doses sur les parcelles à enracinement peu profond. Pour cela, ils ont été accompagnés par les techniciens d’établissements semenciers, pour lesquels produire des semences en 2013 était vital, du fait de leurs stocks de semences de maïs très faibles. Tandis que le Syndicat s’est affairé pour faire prendre en compte les nombreuses situations sinistrées par l’assurance climatique.

Plus de temps passé

De ce fait les productions de semences de maïs ont coûté, cette année, plus de temps et plus d’argent. Les risques de début de campagne pouvaient être aggravés si la climatologie faisait des siennes. Heureusement, que les quatre mois qui ont suivi, de juillet à octobre ont été assez chauds et peu pluvieux. Cela a permis des croissances assez rapides des jeunes plants de maïs. Et si la castration n’a commencé que début août dans la plupart des cas, elle s’est déroulée assez rapidement dans les parcelles homogènes, alors qu’elle a joué les prolongations dans les cultures hétérogènes, nombreuses cette année. Heureusement que le parc des machines à castrer s’est étoffé cette année et que les producteurs ont pu s’entraider pour gérer la main d’œuvre.

Et malgré un printemps très pluvieux, l’irrigation du maïs semence a été indispensable, même si les déficits hydriques ont été plus faibles, il a fallu apporter entre 150 et 250 mm d’eau selon les types de sols et les situations. Nous rappelons que, pour aider les producteurs, la Chambre d’agriculture et le syndicat, grâce au réseau de stations tensiomètriques mis en place sur une vingtaine de site dans le Tarn, diffusent des conseils pour mieux utiliser l’eau disponible. A noter cette année, qu’un producteur innovant a même essayé le goutte à goutte sur une parcelle de semences de maïs avec des résultats concluants. Et afin de mieux cerner les besoins d’eau et d’azote du maïs semence, Arvalis et la Fnpsms ont mis en place un essai complexe et très prometteur dans la région de Gaillac.

Envie d'en savoir plus ? Lisez le Paysan Tarnais !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Paysan Tarnais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Paysan Tarnais
La couverture du journal Le Paysan Tarnais n°2572 | mai 2018

Dernier numéro
N° 2572 | mai 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui