Le Paysan Tarnais 16 mars 2017 à 08h00 | Par S. Lenoble

Solution effluents : épandre les eaux blanches sur la fumière couverte

Les associés du Gaec du Mas Viel au Fraysse ont choisi de construire une fumière couverte et d'épandre les eaux blanches de leur salle de traite sur leur fumier pour être en règle sur la gestion des effluents de leur élevage ovin lait.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Le Paysan Tarnais

L'arrivée d'un nouvel associé en 2015 au sein du Gaec du Mas Viel a été l'occasion de faire un point complet sur la mise aux normes. «Il nous fallait construire une plate-forme de stockage suffisante pour le fumier et mettre en place la récupération des eaux blanches de la salle de traite» expliquent Cyprien Calmettes et sa conjointe, Virginie Boulenc, les 2 associés du Gaec. «Nous avions deux grandes options. Soit faire une simple dalle pour le fumier, récupérer les jus et les stocker avec les eaux blanches dans une poche. A la base, on pensait que ce serait la solution la plus économique, mais après avoir dimensionné précisément l'installation, notamment avec la forte pluviométrie de notre secteur, il fallait vraiment une grande poche. Se posait également la question de la reprise de ces effluents. Il nous aurait fallu investir dans une tonne à lisier. Et puis, nous avions quelques inquiétudes sur la longévité de la poche. Finalement, nous sommes partis sur l'autre solution : construire une fumière couverte, stocker les eaux blanches dans une fosse tampon et les épandre ensuite sur le fumier. C'est un peu plus coûteux à l'investissement, mais cela ne changeait pas nos pratiques d'épandage et nous étions sûrs d'être tranquilles sur la durée !»

L'installation est en place depuis bientôt un an. «La fumière couverte fait 400 m² pour nous permettre de n'avoir qu'une période d'épandage par an» précisent Cyprien Calmettes et Virginie Boulenc. «La hauteur au faitage est de 9,5 m. Nous voulions être à l'aise pour manoeuvrer avec le télescopique et pas être tout le temps à se poser la question de savoir si on va toucher ou pas. Là, ça va super bien. Pour la fosse des eaux blanches, nous sommes partis sur une capacité de 5 000 litres. Cela représente 15 jours de stockage. Nous avons installé une pompe et un tuyau rigide en 40 mm jusqu'à la fumière. Nous arrosons tous les 10 jours, en montant sur le fumier pour répartir l'eau un peu partout. Nous préférons passer un peu plus souvent pour que cela travaille bien. Nous avons deux types de fumiers. Nous sortons celui de nos 370 brebis laitières toutes les 3 semaines. Et deux fois par an, en février et en juin, nous amenons le fumier de 2 000 agneaux d'engraissement. Pour faciliter encore la décomposition, nous effectuons un compostage une fois dans l'année, en mars / avril. Nous installons l'épandeur à poste fixe et nous passons le fumier dedans. Et nous arrosons derrière. Cela demande un peu de temps mais ensuite nous avons un produit très régulier, plus facile à épandre. Il nous reste juste à trouver un système pas trop couteux pour automatiser l'arrosage !»

S. LENOBLE

 


Retrouvez l'intégralité du dossier "mises aux normes" dans l'édition en ligne

Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Paysan Tarnais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Paysan Tarnais
La couverture du journal Le Paysan Tarnais n°2517 | avril 2017

Dernier numéro
N° 2517 | avril 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui