Le Paysan Tarnais 19 novembre 2010 à 12h56 | Par S. Lenoble

Thierry du Fretay revient sur les difficultés actuelles de la production de semences de luzerne

Le Paysan Tarnais du 18 novembre consacre un dossier complet à la production de semences. L'occasion de faire le point avec Thierry du Fretay, agriculteur à Noailhac et animateur des discussions prix de la filière luzerne semence à la Fnams.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Le Paysan Tarnais

Le Paysan Tarnais : La Fnams a récemment communiqué sur les bas niveaux de prix envisagés pour la prochaine récolte de semences de luzerne. Pouvez-vous nous expliquer le contexte ?
Thierry du Fretay : Le prix des cultures concurrentes (céréales) et le volume des stocks disponibles de semences de luzerne sont les principaux éléments intervenant dans la détermination du prix de référence. Le marché export (50% des ventes de semences), moins valorisant que le marché français, tire les prix vers le bas. Pour la campagne 2010, les premières discussions interprofessionnelles n'ont pas abouti. Les établissements souhaitent un prix inférieur à 150 € / quintal. Le seuil de rentabilité pour les producteurs est aux alentours de 170 € / quintal. La difficulté, comme toujours, est d'arriver à trouver un consensus entre les établissements semenciers et les producteurs de semences !

Le Paysan Tarnais : Face à ces niveaux de prix, quelle est la réaction des producteurs ?
Thierry du Fretay : En fait, cette situation n'est pas nouvelle pour la filière. Le marché de la luzerne est sinusoïdal. Tous les 4 à 5 ans, les prix varient de plus de 200 € / quintal à moins de 125 € / quintal. Ces variations ont bien-sûr un impact direct sur la production. Quand les prix sont trop bas, les producteurs se tournent vers les céréales. On a eu le cas en 2008 / 2009 avec l'explosion du cours des céréales. Les volumes étaient au plus bas, la semence de luzerne a été payée près de 220 € / quintal aux producteurs ! Aujourd'hui, il faut temporiser. La luzerne est une plante agronomiquement intéressante et possède une bonne image. C'est une usine à protéines qui attire les éleveurs. La filière semence a donc de l'avenir, mais il faut que les marges des producteurs restent correctes !

 

Envie d'en savoir plus ? Lisez le Paysan Tarnais !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Paysan Tarnais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Paysan Tarnais
La couverture du journal Le Paysan Tarnais n°2596 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 2596 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui