Le Paysan Tarnais 03 janvier 2019 à 17h00 | Par A.Renault

Une légumerie voit le jour dans le Tarn

Terra Alter Pays d’oc vient de voir le jour. La structure nationale déclinée dans le Tarn gère des projets de légumeries pour commercialiser des produits bio locaux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Terra Alter

Fin décembre, a eu lieu l’inauguration de la légumerie bio Terra Alter Pays d'Oc sur la ferme de Vindrac à Montans en présence de nombreux élus et acteurs économiques et agricoles du territoire. Le projet Terra Alter Pays d'Oc, porté par Guillaume Manero et Franck Tomaszczyk vient de voir le jour sur la commune de Montans, dans les locaux de la ferme de Vindrac. C’est dans l’esprit de Terra Alter Gascogne, une plateforme de collecte, transformation et commercialisation de fruits et légumes bio et locaux qui se trouve à Marciac (Gers) et d’un projet identique dans le Haut-Rhin, que la SCOP Terra Alter Pays d'Oc a pour vocation, depuis Montans, de permettre l’approvisionnement de la restauration collective (écoles, collèges, hôpitaux, restaurants, primeurs, etc.), de grandes et moyennes surfaces, de magasins bio ou d'épiceries fines en fruits et légumes bio prêts à l’emploi. « On parle de produit en 4ème gamme, c'est-à-dire lavés, pelés, mis sous vide en barquette « précise Guillaume Manero.

L’entité Terra Alter permet de mutualiser un certain nombre de moyens entre les différentes légumeries : outils de communication, process, études de marchés. « La méthodologie est la même pour chaque structure » explique Guillaume Manero.

Aujourd’hui, 50% des produits qui sortent des légumeries Terra Alter en France sont utilisés par la restauration collective. « La restauration collective apprécie de genre de produits et la façon dont ils sont proposés : pour les cantines, c’est un gain de temps et un produit adapté aux usages, avec moins de perte. En gros, une cantine peut transformer 100% du produit qu’elle achète. Pas de gaspillage et moins de déchets. »

 

 

Le système Terra Alter est basé sur des règles de commerce équitable. Un contrat est signé avec les producteurs pour une durée de trois ans. Les producteurs proposent des volumes, et la légumerie s’engage à les acheter sur la base de prix fixes et calculés sur la base des coûts de production et d’une marge.

Dans le Tarn, les maraichers locaux qui sont parties prenante du projet (dans un rayon pour l’instant de 30 km autour de Montans) sont organisés en association de producteur avec le soutien de la Chambre d’agriculture. L’association OPLA (O petits légumes d’Autan) a été créée fin décembre. Terra Alter et la Chambre d’agriculture leur permettent d’assurer une mise en marché, mais coordonnent aussi la mise en culture selon les besoins et le travail sur les coûts de production pour déterminer les prix payés aux producteurs.




Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'édition en ligne

Pas encore abonné ? Découvrez nos offres !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Paysan Tarnais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Paysan Tarnais
La couverture du journal Le Paysan Tarnais n°2606 | janvier 2019

Dernier numéro
N° 2606 | janvier 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui